[Cinema] The Guernsey Literary and Potato Peel Pie Society, de Mike Newell.

Je ne suis pas sûre d’avoir vu un titre aussi long depuis que j’ai commencé à fréquenter les cinémas… En tout cas si The Guernsey n’est pas le plus long, on tient quand même un champion, non ? Je m’étais déjà dit ça en lisant le livre, il y a quelques années déjà. Je me souviens d’ailleurs m’être dit à l’époque que ce livre allait d’office se voir adapter en film. Ma prescience m’épuise parfois. En tout cas, ça, c’est fait : Mike Newell (Mona Lisa Smille, Love in Time of Cholera), quand même une sacrée pointure du film d’époque, s’est attelé à la tâche de ce double film historique.

Double ? Oui, double ! Car nous n’y voyons pas seulement une mais deux époques du passé proche s’entremêler sur l’écran. On assiste à deux histoires parallèles, celle de la société littéraire pendant la deuxième guerre mondiale et l’occupation de Guernesey par les allemands ; et celle de Juliet, écrivain en panne d’inspiration, qui vient enquêter sur le phénomène qu’est cette société littéraire. Et c’est justement ce duo qui donne une dimension très riche a cette œuvre, que ce soit en livre ou en film. Je m’explique. Il y a un mystère qui court tout au long de l’histoire, le spectateur/lecteur suit Juliette dans son enquête, à essayer de découvrir ce qui a donc bien pu se passer pendant les années troubles de l’occupation. La communauté blessée de Guernesey n’est pas vraiment facile à intégrer, sauf peut-être via les plus jeunes, qui n’ont pas subi les horreurs de la guerre de la même manière. C’est une période grise et dure de l’occupation (ciels bas, nuit, froid dominant…). De l’autre côté, on assiste à la reconstruction effrénée de Londres, où tout un chacun se lance dans une course au plaisir acharnée (danse, bar bondés, bling bling dans tous les sens), mais aussi la reconstruction de l’ile (soleil, beaux paysages…). Newell nous montre ce contraste d’une main de maitre par les jeux de lumière qu’il utilise. Et maintenant, bravo, j’ai envie d’aller visiter Guernesey. C’est malin !

Pour ceux qui se poseraient la question, non, film n’est pas une suite de Downton Abbey – même si le casting ressemble étrangement à celui de la série historique phare de ITV. On a d’abord en période d’après-guerre la lumineuse Lily James, que j’aime beaucoup, qui joue Juliet, la journaliste en quête d’inspiration. Elizabeth, l’héroïne pendant l’occupation, est quand a-t-elle jouée par Jessica Brown Findlay (souvenez-vous de Lady Sybil). On trouve aussi dans ce film Matthew Goode (une des prétendants de Mary), qui joue l’excellent amie de famille/éditeur de Juliet, ainsi que Penelope Wilton (ah, Mrs Crowley) qui joue la figure maternelle d’Elisabeth, blessée mais fière. A priori les autres acteurs au générique n’ont pas joué dans Downton Abbey, j’ai vérifié… Mais ça ne joue pas du tout en leur défaveur. Parmi eux, notons le délicieux et brulant Michiel Huisman (ou le second Daario Naharis de Game of Thrones si vous preferez), qui joue tres bien le beau brun tenebreux, tellement tenebreux qu’il en réussit à presque louper sa chance de bonheur. Le GI amoureux de Juliette est assez insipide mais bon, il est bien utile mais il n’est pas là pour briller non plus.

Je mettrais deux bémols à ce film quand même. L’héroïne Juliette tourne un peu à la Mary-Sue à mon gout, un poil trop niaise. Elle n’a pas de problèmes cette petite, et on dirait qu’elle a peine vécu la guerre (à part un évènement tragique, choupette). C’est l’après-guerre mais elle passe au-dessus des problèmes que cette période difficile a engendre… Ce n’est qu’au milieu du film qu’elle se demande si elle a encore de l’argent, et surprise elle en a encore ! on applaudit ! C’est un poil too much quand même. Et cette robe jaune, non, juste non. Un autre point qui m’a embêté, j’ai trouvé que la résolution du triangle Elisabeth-Dawsey-Juliet bâclée par trop de non-dits. Il me semble que dans le livre c’était plus clair que ça, mais je vous laisse juger.

Dans l’ensemble, c’est un bon film, avec de bons acteurs et un set plus que chouette, mais un peu trop léger pour ce qu’il aurait pu être. 3.5/5.

separator

Good evening to you to my dear cinema-lovers! Today I will review the movie with the longest title ever (or at least of the movies I have seen and remember). Seriously, this title is a mouthful. When I read it a few years ago, I remember thinking that first, this would be a great movie, and that, second, this title would be interesting on a movie poster. Well, they did certainly avoid around the problem by making it in the form of a post stamp, way smaller than the heroin played by Lily James. Well done. So, I knew this would be a movie and I am glad one of the champion of period movies, Mike Newell (Mona Lisa Smile, Love in Time of Cholera), has tackled this double historical feature.

Double! Yes, indeed… In this movie, we are getting back and for the between two different periods, one during the German occupation of Guernsey during the Second World War, and the second during the reconstruction years after said war. The two periods are finely meshed around a mystery involving a literary society and a fierce woman named Elisabeth that Juliet, a writer looking for inspiration, is trying to decipher. So, we alternate between the grim, cold and menacing period of the occupation, with gay and jolly circus period that followed for those who survived it unscathed, in fun times spend dancing in bar, bright new paint on door and sun shining. Mike Newell plays the colour palette quite well in this creation of his. And now I want to visit Guernsey!

Some people, looking at the cast, may ask: Is that a sequel of Downton Abbey? No, it is not (unfortunately?), but the actors certainly make you think so. The heroin Juliet is played by the impossible-to-avoid-lately Lily James (I like her, don’t get me wrong, but she is indeed everywhere, isn’t she?), and her occupation counterpart is played by Jessica Brown Findlay (remember Lady Sybil?). We also find on Guernsey Penelope Wilton (Mrs Crowley) and in London, Matthew Goode (one of Mary’s suitors). The non-Downton cast are not to be left aside, especially the hot and brooding Michiel Huisman (Daario Naharis in Game of Thrones). Too brooding that he almost looses his one chance of happiness but well. The actor playing the GI is not worth mentioning, a bit meh I thought.

I would put down two minus marks for this movie. The first one is about the heroin, who I find just too naïve to my taste. The period after the war was quite grim, and she goes around without a care in the world and only ask halfway if she still has money. Well. And that yellow dress, although she wears it well, no, just no. The second point I did not like so much was the way the resolution of the love triangle is done – I think it was way clearer than that in the movie. But let me know what you think.

Overall, a good movie, with interesting characters and a nice set, but a bit too light for what it could have been. 3.5/5.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s