[Cinéma] Grand Budapest Hotel

Et soudain, je me rends compte que les derniers films que j’ai vu ont tous un titre en trois mots. Coïncidence ? Je ne crois pas ! Bon allez, cessons les inepties en ce dimanche matin et parlons du bon film que j’ai vu vendredi soir, Grand Budapest Hotel donc, le dernier film de Wes Anderson (la Vie Aquatique, Darjeeling Limited).

D’abord, il faut le dire, on rit, presque malgré soit. C’est absurde, donc c’est drôle. Les envolées lyriques coupées par des « f**k » tout à fait terre à terre, sont divines. C’est burlesque, les décors sont en carton-pâte, c’est invraisemblable, on a vraiment l’impression d’assister à un conte. Bon c’est pas fin fin mais c’est sympa et on passe un bon moment.

Mais ce film vaut surtout par la galerie de personnages hauts en couleurs. Quel bonheur de revoir Ralph Fiennes dans un rôle à sa hauteur, et pas déguisé en Voldemort sans nez cette fois-ci. Il est juste excellent avec sa petite moustache et ses valeurs morales quelque peu douteuses. Et quelle brochette d’acteurs pour le soutenir ! Dans ce film, on a l’impression que chaque personne qui se retourne va être un acteur connu, grimé à la perfection. Mention spécial à Harvey Keitel, en prisonnier-baron de prison tout tatoué et constamment torse nu. Normal. On y voit aussi Jeff Goldblum, Adrien Brody, Jude Law, Bill Murray, Edward Norton, Tom Wilkinson, Owen Wilson, l’excellent Willem Dafoe qui fait plus peur que jamais, j’en passe et des meilleurs. Au final, c’est quand même un film de gars, il n’y a pas beaucoup d’actrices, à part une Tilda Swinton méconnaissable en mamie octogénaire et une Léa Seydoux en soubrette parlant français. Bref, du beau monde !

Trois étoiles.

Sur ce, je sors, il fait trop beau !

[Cinéma] Les Garçons et Guillaume, à table !

C’est encore plus en retard que pour le dernier article que j’écris celui-ci, rien ne va plus, je vous le dis, rien ne va plus… J’ai vu « les garçons… » il y a dix jours déjà.

Alors d’abord, il s’agit d’un film de Guillaume Gallienne, sociétaire de la Comédie Française. Un film de, avec et pour Guillaume Gallienne. Il est clairement indiqué qu’il s’agit d’un film autobiographique et là, je me dis, et bien dites donc… Certains n’ont pas eu une enfance facile. Pas de sévices, pas de violence physique, tout ça non, mais qu’une famille pousse un gamin dans une direction qui finalement n’est pas celle en laquelle il croit, pfiou… Bref, une étrange histoire d’enfance contrariée par amour pour une mère excentrique. On entend beaucoup d’histoires d’homosexuels refoulés pour plaire à la famille, là c’est vraiment différent.

Le format m’a donné envie de retourner au théâtre… Il s’agit plus d’un monologue illustré par des scènes tournées que d’un film de cinéma à part entière. C’est original et ça tient la route. Personnellement, mais j’ai entendu d’autres avis, je n’ai pas vu de longueurs. Oui parfois ça va loin, très loin dans la caricature mais bon je trouve que ça marche. On a tous connus des gens aussi excentriques… Attention ça reste un drame et l’ensemble est assez grinçant mais cet exercice périlleux est très bien mené. Et c’est drôle, la salle (et moi), on a bien rit, parfois à contre-temps mais bon, l’humour… C’est original, bien construit, à la fois drôle et émouvant.

Le reste du casting est excellent, on note le rôle parfaitement à contre emploi de la belle Diane Kruger… La colonothérapie, ça existe, si, si ! yerk… A la base, je n’avais même pas réalisé que Guillaume Gallienne jouait aussi le rôle de sa mère… Ah bravo !

Bref, c’est plutôt sympa, c’est vraiment différent. J’ai passé un bon moment ! Et vous ?

3 étoiles.

A bientôt !

[Cinéma] Casse-Tête Chinois

21018207_2013102210303588.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxxC’est mercredi soir (ouh la je suis bien en retard aujourd’hui) que nous sommes allées voir le nouveau film de Cedric Klapisch, Casse-Tête Chinois. Nouveau ? Pas vraiment en fait puisqu’il rappelle des souvenirs (excellents) des deux premiers films de sa trilogie, l’Auberge Espagnole et les Poupées Russes. Il y a même dans le film des plans et images de ces deux derniers. On sent que c’est la fin d’un voyage, hop on pose ses bagages pour conclure.

Cette trilogie, c’est avant tout Romain. Ah, Romain Duris. Il a pris un coup de vieux mais en même temps moi aussi. Romain, c’est comme le bon vin, ça devient meilleur avec l’âge. Surtout quand on voit comment il faisait jeunot dans l’Auberge Espagnole. Mais ici Romain c’est avant un personnage,Xavier, qu’on retrouve avec plaisir. J’aime beaucoup son air perdu et ses aventures toujours tarabiscotées. Comment une seule personne peut-elle se retrouver dans un imbroglio pareil ? Il ne faut pas oublier le reste du casting : une Kelly Reilly toujours aussi chiante, une Cécile de France allumée et une Audrey Tautou enfin libérée… Très bon travail d’ensemble, un vrai plaisir à regarder.

ça va vite, très vite, mais pas trop vite, juste ce qu’il faut. Et ça illustre bien ce qu’il se passe aujourd’hui. Pour un oui, pour un non, les gens se mettent en ensemble, se séparent, bouge à l’autre bout du monde. Mais tant de liberté n’apporte pas de vraie solution pour autant. Enfin, ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dis, ça se termine bien hein. La musique de Loïc Dury est très efficace.

Bref un bon film, qui me fait dire qu’il va falloir que je revois vite l’Auberge Espagnole et les Poupées Russes parce que je ne m’en souviens plus vraiment…

3 étoiles.

A bientôt !